aménagement du territoire, environnement, participation citoyenne

Les nouvelles éoliennes… (suite)

Coup de lancement d’un nouveau parc de 6 éoliennes à cheval sur les communes de Dinant (4) et de Yvoir (2) ce mercredi 2 mai à 20H.  Un projet intéressant dans la mesure où il «colle» au parc éolien existant exploité par Luminus.  Néanmoins, la réunion préalable d’informations n’a pas convaincu le public, ni de la compétence du promoteur, ni de son ancrage local.  L’occasion pour nous de rappeler qu’il est urgent que le Gouvernement Wallon légifère dans cette matière pour éviter que l’éolien ne soit qu’une machine à sous pour de grands groupes industriels.

Tout citoyen est invité à formuler ses remarques par écrit avant le 18 mai 2012, soit à la Commune de Dinant, soit à la Commune d’Yvoir, avec copie à Gestamp-Wallonie SA, 2 avenue des Dessus de Lives à 5101 Namur.

Plusieurs dizaines de personnes se sont rendues ce 2 mai à 20H, à la salle de la «Roue de Bois» à Lisogne pour assister à la présentation d’un nouveau projet d’éoliennes sur les territoires de Purnode, Dorinne, Awagne, Lisogne et Thynes.

Le projet est développé par Gestamp Wallonie, une filiale (occupant à ce jour deux personnes en Belgique !) d’un grand groupe équipementier espagnol.  Les caractéristiques de ce nouveau parc sont les suivantes:

  • 6 mâts installés entre les villages de Purnode, Awagne, Dorinne, Lisogne et Thyrse
  • Puissance individuelle des mâts: entre 2 et 3,3 MW
  • Hauteur des mâts: 150 m
  • Distance minimale par rapport à l’habitation la plus proche : 480 mètres
  • Transport de l’électricité produite: par cable à enfouir jusqu’à la sous-station électrique de Dinant

La carte ci-dessous présente l’implantation des 6 mâts nouveaux (pastilles vertes) ainsi que la situation des 6 mâts existant (pastilles oranges) (cliquer sur l’image pour l’agrandir).

L’événement de ce 2 mai 2012 est la toute première étape de la (longue) procédure qui doit conduire, en cas d’acceptation, à la mise en exploitation du parc dans le courant de 2015.  D’ici là, un bureau d’études doit élaborer une étude d’incidences environnementales, une enquête publique doit être organisée, les communes de Dinant et de Yvoir doivent remettre leurs avis ainsi que de nombreuses autres instances (CWEDD, DNF, CRAT, etc.).

La soirée de ce 2 mai a permis au promoteur Gestamp de présenter son projet et au bureau d’études SGS sa méthodologie de travail pour évaluer les incidences du nouveau parc sur l’environnement au sens le plus large.  Cette étude doit couvrir les aspects «bruits», «effets stroboscopiques», «faune et flore», «air et énergie», «paysages et patrimoines», «mobilité et infrastructure»,etc.  Une longue séance de questions-réponses et d’interpellations a succédé aux deux présentations.

L’échevin Bodlet de Dinant et Charles Paquet, mayeur d’Yvoir, ont, chacun de leur côté, précisé d’emblée que leurs communes respectives n’étaient demandeurs de rien et ne pouvaient que constater l’intérêt des promoteurs pour certaines zones venteuses de leurs entités.  Thierry Bodlet a précisé que, d’un point de vue paysager, la ville de Dinant ne se contenterait pas de simulation sur ordinateur mais exigerait aussi des simulations de terrain par montée de ballons aux emplacements futurs des mâts de façon à mieux percevoir l’impact visuel du nouveau parc.  T. Bodlet a également souligné que, dans le même secteur géographique, d’autres promoteurs envisageaient aussi de déposer de nouveaux projets.  Ces divers projets sont sans doute largement incompatibles entre eux (la réalisation de l’un bloque la réalisation des autres…).

De nombreuses interpellations et/ou questions du public ont porté sur les aspects «bruits» et «impacts paysagers».  Mais, comme souvent dans ce type de débat, c’est l’intérêt même de l’éolien terrestre (par opposition aux éoliennes construites au large de nos côtes) qui a été remis en question.  En résumé, voici, en vrac, quelques thèmes abordés lors de la soirée (les «guillemets» indiquent qu’il s’agit de citations d’interventions du public):

  • Plusieurs participants ont regretté le manque d’informations sur la tenue de la réunion de ce mercredi 2 mai au soir (pas de lettre personnelle aux habitants).
  • «Pourquoi la Région Wallonne veut-elle absolument ‘bricoler’ de l’éolien terrestre -peu rentable- sur son territoire alors que les projets en mer sont largement plus intéressants ?»
  • «Le développement de l’éolien est devenu exclusivement une affaire de gros sous dont seuls les promoteurs profitent.  Ni l’environnement, ni les habitants riverains, ni nos ressources énergétiques n’en sortent gagnants !»
  • «Le bruit constitue une vraie nuisance pour certains riverains.  Déjà aujourd’hui, le seuil légal de 40dBa est dépassé à certaines occasions.  L’ajout de nouvelles éoliennes à proximité des éoliennes existantes ne fera que renforcer ce phénomène»
  • «L’impact environnemental des fondations des mâts ne doit pas être sous-estimé (plusieurs milliers de mètres cubes de béton et de ferrailles).  Au terme de la vie économique du parc (20 ans ?), il sera matériellement impossible de remettre les terrains dans leur état d’origine.»
  • «quelles sont les compensations financières qui sont prévues pour les communes ?»
  • «dans quelle mesure, le parc nouveau sera-t-il en harmonie (teinte, taille, etc.) avec le parc existant ?»
  • «Il est bien connu que la construction des mâts se passe sous d’autres cieux que la Wallonie.  Combien d’emplois créés en Wallonie grâce à ce nouveau parc ?  Ne peut-on imposer des clauses forçant à faire appel à des entreprises locales (une entreprise de Ciney est parfaitement à même de construire les structures des mâts) »
  • «les choix d’implantation des deux éoliennes situées à l’Ouest du parc nouveau semble curieux dans la mesure où des zones dégagées existent à l’Est du parc existant, à plus grande distance des habitations de Awagne et Purnode»
  • «la réalisation de ce parc supplémentaire va provoquer une nouvelle moins-value pour tous les propriétaires d’habitations situées à proximité»
  • «Gestam a-t-il ou va-t-il ouvrir le capital du parc aux communes concernées ou à des citoyens ?»
  • «La construction de ce parc par un promoteur différent de l’exploitant du parc existant (Luminus) ne génère-t-elle pas des inefficacités sur le plan économique et environnemental (voiries d’accès, nouvelles stations de tête à construire, etc.) ?»
  • «les promoteurs chassent les zones venteuse dans une ambiance ‘Far-West’.  La Région Wallonne prépare (depuis de longs mois déjà…) un nouveau cadre réglementaire visant à mettre de l’ordre dans ce marché.  Ne conviendrait-il pas, dans l’attente, de geler les projets qui fleurissent de façon anarchique un peu partout ?»

La qualité des réponses apportées par le promoteur n’étaient malheureusement pas à la hauteur des questions posées.  Celui-ci ne dispose visiblement pas d’une grande expérience du marché belge (son site Internet est toujours «en construction» !), ni d’une connaissance pointue de l’environnement dans lequel il compte s’installer.

Notre groupe n’est pas a priori opposé à ce projet qui a le mérite de s’inscrire dans le renforcement d’un parc éolien existant.  Nous regrettons toutefois le manque de professionnalisme flagrant du promoteur qui ne nous rassure pas quant à sa capacité à mener à bien un tel projet.  Nous regrettons aussi que les deux parcs voisins soient exploités par des promoteurs différents, une situation génératrice d’inefficacitéset, peut-être, de double emploi en terme d’infrastructures.  

Dans l’hypothèse (regrettable) où les pouvoirs publics ne peuvent pas agir sur ce dernier point, nous demandons au minimum que le projet soit amendé en fonction des remarques suivantes:

  • Clarifier l’ouverture possible aux citoyens du capital du projet 
  • Révision de l’implantation par une meilleure utilisation des zones situées immédiatement à l’Est et au l’Est-Nord-Est du parc de Luminus (cette zone est moins proche des zones d’habitations).  Il est crucial de rapprocher au maximum les deux parcs.  Le déplacement de l’éolienne 1, très excentrée dans le projet, s’impose. 
  • Négociation d’une participation du / des promoteur(s) à la construction du contournement de Dorinne et de Spontin pour le charroi carrier.
  • Harmonisation des mâts et des pales du nouveau parc par rapport aux mâts et pales du parc existant
  • Prise en compte sérieuse de toutes les remarques qui seront formulées dans le cadre de cette consultation et dans le cadre de l’enquête publique prévue en 2013.

1 réflexion au sujet de “Les nouvelles éoliennes… (suite)”

Laisser un commentaire