interventions Conseil

Conseil Communal du 22 octobre 2012

Charles Pâquet a ouvert la séance de cet avant-dernier conseil communal de la mandature 2006-2012 en demandant une minute de silence à la mémoire de la maman de Marc Dewez, inhumée ce lundi après-midi à Evrehailles.

Les dates des prochains conseils communaux sont fixées au lundi 12 novembre et au lundi 3 décembre 2012.

Vente de la Ferme de Tricointe

Ce conseil du 22 octobre a traité, en premier point, la vente de la Ferme de Tricointe.  On se souvient de la saga de Tricointe dont les prémisses remontent à 2008 et qui a déjà donné lieu à deux annulations de «promesses» de vente et à l’abandon de deux projets de nature totalement différente.  Le Conseil de ce jour avait à se prononcer sur les conclusions de la commission élargie de sélection mise en place par le Conseil Communal du 4 juin 2012.  Cette commission s’est réunie en date du 13 septembre et a examiné les deux offres déposées suite à l’appel décidé le 4 juin 2012.  Sur base des critères de sélection définis, la Commission a remis un rapport proposant de retenir l’offre de «Nayarit Participations SCA».  Cette dernière offre a obtenu une cote de 73/100 contre 70,77/100 pour l’offre de «SA Château Bon Baron».  Malgré le poids relativement modeste attribué au critère «prix», celui-ci s’est avéré néanmoins déterminant tant l’offre de Nayarit était plus  élevée (1.100.000€ contre 650.000€).  Au cours des brefs débats qui ont suivi la présentation des conclusions de la commission de sélection, on a pu noter les réflexions et questions suivantes:

  • Un membre du Collège a regretté que, selon lui, la commission n’a pas respecté les conditions imposées par le Conseil de juin.  Pour cet échevin, l’offre de Nayarit ne répond pas aux exigences de développement économique et de création d’emplois.   La Relève conteste formellement le bien-fondé de ces remarques.  Les critères de sélection faisaient en effet la part belle à cet aspect de l’offre (50 points sur 100).  De plus, la cotation de la valeur architecturale des deux projets (sur 25) peut aussi être considérée comme particulièrement favorable à l’offre de Bon Baron.  Si l’on ajoute encore à ces constats les points d’interrogation quant à la pérennité de l’activité viticole dans nos régions et quant à la qualité des emplois créés, on ne peut que considérer comme logiques les conclusions de la commission de sélection
  • Monsieur Monin n’a pu s’empêcher de s’en prendre à Nayarit qui, «vilainement», aurait fait capoter l’opération de vente avec la société Bon Baron.  Monsieur Monin nie ainsi l’évidence:  au cours du 1er trimestre 2012, la commune d’Yvoir a traité de façon bilatérale avec Bon Baron sans qu’aucune publicité n’ait plus été donnée à la vente.  Ceci est en contradiction absolue avec les règles de bonne gestion des biens communaux.  Monsieur Monin semble aussi vouloir ignorer que, grâce à la «vilaine» action de Nayarit, la Commune d’Yvoir va encaisser un montant de 1.100.000€ en lieu et place d’un montant de 550.000€.  Un détail…
  • De son côté, La Relève, qui soutient pleinement les conclusions de la commission de sélection, a soulevé trois questions précises:
    • Sur quelle base, la société Bon Baron occupe-t-elle tout ou partie de la ferme de Tricointe ?  Réponse: sur base d’un contrat de bail pour un appartement
    • Quelles sont les conséquences de la décision que nous prenons sur les négociations en cours en vue de donner en location à Bon Baron plusieurs hectares de terres sur le plateau de Tricointe ?  Le Collège refuse de répondre à cette question considérée comme relevant d’un autre dossier.
    • Suite à la décision qui va être prise en faveur de Nayarit, la Commune va-t-elle aider Bon Baron à trouver un autre site de production à Yvoir ou dans les environs ?  La Relève serait tout à fait favorable à une telle démarche.  Aucune réponse claire du Collège

En conclusion, la vente de la Ferme de Tricointe à Nayarit est approuvée à une large majorité regroupant l’opposition et la plupart des membres de la majorité.

Comptes et Rapport de Gestion 2011 de la Maison des Jeunes d’Yvoir

Les conseillers de la Relève font remarquer que les comptes n’étaient pas disponibles en consultation lors de leur visite vendredi à la maison communale.  Ils n’ont pas demandé le report du point vu le risque qu’un traitement tardif du dossier n’entraîne une perte de subsides pour la Maison des Jeunes.  Les comptes ont donc été approuvés.

Par contre, nos conseillers ont largement interpellé le Collège quant à la gestion de la Maison des Jeunes.  Les question suivantes ont été débattues:

  • Le rapport d’activité évoque essentiellement la mise sur pied de ou la participation à des activités de loisir.  Les activités plus socio-culturelles semblent largement absentes.  Ne faut-il pas favoriser aussi ce type d’activités ?  La même réflexion vaut pour des activités d’animation de rues, de quartier ou de village.  De plus, beaucoup d’activités sont surtout orientées vers un public masculin.
  • La plupart des activités n’attirent qu’un public clairsemé (maximum 15 à 20 personnes et, dans le cas de stages, 4 ou 5 participants).  N’est-il pas plus intéressant, dans le cas des stages, de s’inscrire dans des démarches organisées en externe sur une échelle plus vaste.
  • On semble n’avoir aucune idée du taux de pénétration de la Maison des Jeunes au sein de son public.  Sur base des rapports d’activité, il semble très faible lorsqu’on sait que la tranche 18-24 ans représente sur Yvoir plus de 650 jeunes…
  • Même si Facebook détrône le Web classique dans cette tranche d’âge, il est dommage de constater la pauvreté du site Net de la Maison des Jeunes.  Y travaille-t-on ?
  • Qui assure la supervision et l’encadrement du personnel de la Maison des Jeunes ?  Ne faut-il pas faire appel pour assurer cette mission à du personnel spécialisé externe ?
  • Pourquoi l’opposition n’est-elle pas représentée au sein du Conseil d’Administration de la Maison des Jeunes ?

Peu ou pas de réponse à ces questions en dehors des réponses-types déjà entendues en 2011 et en dehors de l’étonnement de Ovide Monin que l’opposition ne soit pas présente au CA.  La Relève a par conséquent voté contre le rapport de gestion.  Nous prenons cependant bonne note de l’engagement du futur bourgmestre à faire entrer l’opposition au sein du Conseil d’Administration…

Décompte final de l’Arsenal des Pompiers

Le décompte final des travaux du nouvel Arsenal des Pompiers se traduit par un dépassement de plus de 768.000€.  La Relève a approuvé le décompte mais a, une nouvelle fois, voulu comprendre qui supportera ce surcoût.  Les réponses varient quelque peu suivant l’interlocuteur: prise en charge du service de l’emprunt par la pré-zone de secours, mise en location de l’Arsenal à la pré-zone… En clair… rien n’est clair avec certitude !

Fusion des Conseils de Fabrique de Yvoir et de Houx

A une question posée par la Relève, il a été répondu que l’intention n’était pas de provoquer ce type de mouvements dans les conseils qui fonctionnaient encore bien de façon autonome.

Subside extraordinaire de 25.000€ au Syndicat d’Initiative en vue de l’aménagement du Centre Géographique de la Wallonie à Spontin.

Ce poste avait été prévu au Budget Extraordinaire de la Commune. Le maître d’oeuvre est le Syndicat d’Initiative de manière à éviter la TVA à 21 % (?).  Les aménagements sont réalisés sur des terrains appartenant à Vivaqua.  Ceci pose la question de la propriété des aménagements.

Il est également apparu que le montant final des travaux s’élèverait à 109.000€ au lieu des 80.000€ initialement prévus.  Ceci est dû aux exigences de Vivaqua en matière de réalisation des parkings.  Le subside de 25.000€ constitue donc une première tranche qui devra encore être complétée en fonction du décompte final.  Il faut s’attendre à un coût final pour la Commune d’au moins 40.000€.

La Relève a aussi voulu connaître les plans de la Commune pour faire connaître cette réalisation et y attirer les touristes.  Le Conseil a eu droit à cette unique réponse ironique d’un membre du Collège: «des sentiers sont prévus»…

Notre groupe s’est donc abstenu sur ce dossier, non par opposition mais vu le manque de sérieux et de vision avec lequel ce dossier est traité.

Démission de Dominique Deravet-Clément de tous ses mandats

Le Bourgmestre a donné lecture de la lettre de démisison de Dominique Clément.  La majorité a accepté cette démission.  La Relève s’est abstenue.

La Relève avait aussi déposé plusieurs interpellations au Collège

  • Augmentation du prix des repas chauds de 0,25€ dans les écoles communales.  Selon l’échevin en charge, il s’agit d’une ancienne décision.  Ce qui s’est passé lors de cette rentrée scolaire est une simple harmonisation.  Aucun parent n’aurait subi une augmentation cette année.  Si tel est bien le cas -et nous le vérifierons- le moins que l’on puisse dire est que l’information donnée aux parents n’était pas très claire…
  • Contrat de mise à disposition de photocopieuses dans les écoles.  Il apparaît que cette mise à disposition se fait désormais sur base d’un marché global initié par la DGO 1.  Il n’est donc plus nécessaire de faire des appels au marché à chaque remplacement de matériel.  Les conditions de ce marché global sont particulièrement favorables.
  • La Relève e exprimé le souhait que la visite programmée de la Centrale de Chooz pour les membres du CC soit l’occasion de clarifier les procédures prévues pour la population en cas d’incident nuclaire dans la région.  Il conviendra donc d’utiliser cette visite pour poser les bonnes questions à ce sujet aux responsables de la Centrale.
  • La Relève a encore évoqué le chantier du nouveau quai de chargement de Fidevoye.  Il apparaît en effet que ce chantier ne bénéficie que d’un permis d’urbanisme.  Comment va-t-on pouvoir s’assurer que les conditions d’exploitation sont acceptables pour les riverains ?  Horaires de fonctionnement, fréquence des rotations, type d’activité sur le site, sécurité routière aux approches du quai, etc. ?  Le Collège a reconnu que ces questions étaient aujourd’hui sans réponse formelle mais que l’on pouvait imaginer que ce ne serait pas différent des conditions actuelles de fonctionnement du vieux quai situé à Yvoir.  Il est aussi étonnant d’entendre que le quai sera opérationnel avant la fin 2012 alors que la procédure de permis d’exploitation n’a pas encore été lancée et qu’il n’y a pas même pas d’accord aujourd’hui entre le Port Autonome de Namur (exploitant du quai) et son principal client (les carrières SECY d’Yvoir).  En résumé: un dossier à suivre de TRES près !
  • Enfin, pour terminer en beauté, Catherine Vande Walle a vertement condamné l’attitude du Collège dans sa façon de célébrer les noces d’or des habitants.  Ses représentants rendent en effet visite au domicile des jubilaires, seuls ou accompagnés de conseillers de la majorité.  Une situation particulièrement choquante qui traduit bien le mépris de la majorité pour l’opposition.  C’est d’autant plus inacceptable lorsque les couples fêtés sont des voisins de conseillers de l’opposition.  Pour la Xème fois, la majorité a promis d’élargir l’invitation aux conseillers de l’opposition du village concerné… Devons-nous encore y croire ?

Laisser un commentaire