campagne électorale 2012, humeur

La Liste des Bourgmestres redevient la Liste DU Bourgmestre !

A l’issue des élections communales d’octobre 2012, Ovide Monin, malgré un score personnel en baisse vertigineuse (perte de plus de 800 voix de préférence) et la perte de trois sièges pour sa liste des Bourgmestres, est donc une nouvelle fois parvenu à s’accrocher au pouvoir.

Dire que tout ceci s’est fait dans la correction et l’éthique serait très optimiste…  Que l’on en juge plutôt:

  • Conscient des risques encourus lors des dernières élections, certains membres de la Liste des Bourgmestres, avec l’aval d’Ovide Monin,  n’ont pas hésité à passer un accord pré-électoral avec la liste EPY.  Un phénomène courant au niveau communal… un peu plus étonnant lorsque l’on sait que le Bourgmestre en titre, Charles Pâquet, n’a pas été mis au courant de l’opération ou pour qui se souvient d’un feuillet publié par la Liste du Bourgmestre en 2010 (disponible par téléchargement ici)
  • L’alliance avec EPY a formellement été décidée par la liste des Bourgmestres le jeudi 18 octobre au soir.  Lors de cette assemblée, certains n’ont pas hésité à prétendre aux membres présents de la liste que la Relève n’avait pas fait connaître ses propositions de participation pour 20H et qu’il était donc possible d’avancer avec EPY.  Une présentation très biaisée de la réalité lorsqu’on sait que, l’après-midi même, les représentants de la Relève avaient convenu avec les représentants de la Liste des Bourgmestres de faire parvenir une réponse dans le courant de la soirée mais certainement pas avant 20H30-21H.  Il va sans dire que la proposition que nous avons communiquée par dépôt en mains propres d’Ovide Monin, vers 21H30, n’a pas non plus fait l’objet d’une large diffusion au sein de la Liste des Bourgmestres.  Tout ceci illustre la transparence dans laquelle certains ont traité l’affaire au sein de cette liste.
  • Enfin, le résultat électoral en demi-teintes que nous avons déjà évoqué n’a visiblement pas coupé l’appétit de certains candidats aux dents longues.  Pour que chacun puisse trouver sa place au sein du Collège, on n’a pas hésité à pousser vers la sortie Charles Pâquet, honnête homme s’il en est, dévoué à sa commune et à l’humanité unanimement reconnue sur Yvoir.  Non décidément, la politique à Yvoir a peu de morale.  De notre côté, nous saluons en tout cas Charles pour son travail et sa correction dans la gestion de la commune.  La Liste DES Bourgmestres a fait long feu et les masques sont donc tombés !

Aujourd’hui, les choses sont claires à Yvoir: la Relève dispose de six élus (trois femmes et trois hommes) au sein du Conseil Communal d’Yvoir et constitue, à ce titre, la seule  opposition face à une équipe affaiblie, peu solidaire et surtout portée avant tout par des intérêts personnels.

 

Laisser un commentaire