interventions Conseil, la vie dans la commune, Sécurité, Travaux

Une encourageante volte-face ?

LAvenir Dinaphi janvier 2015

Le conseil de rentrée à Yvoir ce lundi 19 janvier se caractérisait par un ordre du jour particulièrement peu fourni: le Collège avait inscrit 6 points dont la plupart étaient purement techniques (marchés publics de routine, etc.).

Nous y avons néanmoins relevé quelques points d’attention.  Ce fut le cas notamment concernant la conclusion d’un bail emphytéotique avec la Dinantaise portant sur l’ancien presbytère de Dorinne.  Nous avons attiré l’attention sur le fait que le projet de création de deux logements publics dans cet immeuble prévoyait la création de jardinets sur des terrains appartenant à la fabrique d’église de Dorinne alors que celle-ci ne semblait pas avoir marqué son accord sur leur mise à disposition de de la société de logements sociaux.  Nous avons bien sûr approuvé la conclusion du bail  mais en le conditionnant à la conclusion par la Dinantaise d’une convention avec la Fabrique d’église.

Le marché public relatif aux travaux d’entretien des voiries pour l’année 2015 a également été approuvé à l’unanimité.  Nous en avons profité pour aborder la question de l’entretien courant des voiries, avaloirs, fossés et autres moyens de collecter les eaux de ruissellement.  Les quelques jours de gel de ce mois de janvier ont en effet démontré le danger des écoulements sauvages d’eau sur les routes (verglas).  La quasi-totalité de ces situations provient d’un défaut d’entretien régulier des filets d’eau et autres avaloirs.  L’imposition d’une taxe sur l’entretien des égouts rend cette situation plus insupportable encore aux yeux de nombreux citoyens.  Nous avons donc plaidé pour qu’un plan de travail systématique « entretien des abords de voirie » soit clairement défini au niveau de l’atelier des travaux (identification des sites prioritaires, calendrier et fréquence des entretiens, etc).  Nous ne sommes pas sûrs d’avoir été entendus ou compris…

Au vu de l’ordre du jour et de l’actualité locale, nous avions souhaité, de notre côté, inscrire quelques points à l’ordre du jour.

Nous avions rédigé notamment une liste de questions relatives à la mise en place de la nouvelle zone de secours Dinaphi.  Nous avons dit et répété au Conseil communal d’Yvoir que nous pensions qu’une réforme des services de secours était nécessaire mais qu’il était indispensable de bien l’organiser au niveau local, dans le respect et l’intérêt de toutes les parties concernées: la population protégée d’abord, les pompiers eux-mêmes et les communes (et leurs finances…) enfin.  Jusqu’à présent, nous avons souvent entendu au sein et autour du Conseil communal d’Yvoir des jugements très critiques ou désabusés face à la nouvelle zone.

Aujourd’hui, au vu des compte-rendus de la première séance officielle du Conseil de la zone Dinaphi, nous sommes particulièrement interpellés par le manque d’accompagnement démocratique de la mise en place de la zone Dinaphi.  Est-il normal que l’organisation des services de secours dans 22 communes (comptant 37 pompiers professionnels et 434 volontaires) soit pratiquement laissée entre les mains d’un Commandant de zone dont la désignation est -selon nous- à la limite de la régularité et d’un Collège de 4 bourgmestres dont 2 n’ont aucune expérience de direction d’un service incendie  ?  Poser la question, c’est y répondre.

Nous avons donc proposé un certain nombre de mesures d’accompagnement susceptibles -à notre avis- d’améliorer la mise en place de Dinaphi: élargissement du Collège de zone de manière à mieux représenter toutes les sensibilités des 22 communes, élargissement aux officiers supérieurs de la zone (« l’état-major ») de la commission technique mise en place avec les futurs chefs de poste, meilleur respect des procédures légales en matière d’établissement des budgets de la zone de secours, etc.

A notre grande surprise, Monsieur le Bourgmestre, qui représente Yvoir au sein du nouveau Conseil de Zone, s’est soudainement transformé en défenseur quasiment inconditionnel de la zone Dinaphi, dans tous ses aspects de fonctionnement.  C’est une volte-face qui nous a sincèrement surpris.  Elle ne nous dérange pas en soi: nous sommes partisans de la réforme et donc d’une mise en place sereine de la zone.  Toutefois, nous espérons que ce changement d’attitude n’est pas seulement le signe d’une lassitude: « il est plus confortable de laisser faire les spécialistes qui savent tout de même ce qu’il font »…

Pour notre part, nous continuerons à suivre avec beaucoup d’attention la mise en place de Dinaphi et, en particulier, les mesures concrètes d’organisation de la zone (missions des divers postes de secours, rôles et statuts des pompiers volontaires, efficacité de la gestion des départs au feu, etc.)

Enfin, nous avions profité de ce début d’année pour refaire le point sur une série de sujets que nous avions soumis en 2014 (et parfois même avant…) au Conseil et pour lesquels nous n’avions pas encore constaté de réalisations concrètes.  En voici un bref résumé:

  • la sécurisation de la plaine de jeu de Godinne: rien n’a encore été fait; le Collège promet l’installation d’un panneau d’interdiction d’accès à tout véhicule (« sauf fournisseurs »); aucune sécurisation de la barrière… le service minimum !
  • mise à disposition de locaux pour les associations de Godinne: on attend toujours le compte-rendu promis par Etienne Defresne de la réunion du 26 novembre entre les représentants des associations et l’échevin; un accord de formel de mise à disposition au profit du Patro de terrains du Collège a cependant été obtenu… il s’avère malheureusement que ce projet « formalisé » est plus restrictif que les accords informels actuellement en vigueur… Pour ce qui concerne les locaux des associations, nous avons suggéré que les conclusions de la réunion du 26 novembre 2014 -où les besoins des associations ont été bien décrits- servent de point de départ pour le groupe de travail qui sera créé au sein de la CLDR en vue de la fiche-projet « maison rurale de Godinne » (réunion prévue ce jeudi 22 janvier).
  • plusieurs aménagements de sécurité réclamés auprès du SPW ou à Infrabel (passage pour piétons au passage à niveau d’Yvoir, sécurisation du point de vue de la Croix d’al Fau suite aux travaux commandités par Infrabel, …) ne sont toujours pas réalisés. Il a été demandé au Collège de relancer fermement ces divers dossiers
  • aménagement d’une nouvelle classe pour les 3e/4e à l’école de Durnal: enfin une nonne nouvelle puisque ce dossier va aboutir à une solution correcte dès les congés de Carnaval (grâce notamment à la collaboration du Cercle Albert)
  • mise en place d’un module « gymnastique » à l’école de Spontin: le marché public va être lancé de façon à être opérationnel à la rentrée de septembre.
  • aménagement de sécurité (bacs à fleurs) empêchant le stationnement sauvage sur le trottoir à hauteur de l’épicerie de Durnal: rien n’a été fait…

Comme on le voit, il reste du boulot en 2015 !

Quoi qu’il en soit, toute l’équipe de la Relève souhaite une bonne et heureuse année à tou(te)s les habitant(e)s d’Yvoir et toute notre équipe reste à l’écoute de chacune et chacun afin d’améliorer la vie dans notre commune !

1 réflexion au sujet de “Une encourageante volte-face ?”

  1. Ceci-dit, le panneau qu’ils promettent EST déjà sur la barrière .. quand on la ferme (la barrière). Sans doute qu’ils ne voient pas cela, la barrière étant en permanence ouverte et la plaine occupée par minimum un véhicule …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s