Uncategorized

L’insoutenable légèreté de l’être… politique

Dorinne_Presbytere_terrain_marque
Presbytère de Dorinne – la façade sud jouxtant le terrain de la fabrique d’église

Léger était l’ordre du jour de ce conseil communal du 22 août 2016 à Yvoir.  On y retrouvait surtout l’un ou l’autre « vieux » dossiers habitués des débats communaux.  On pouvait donc s’attendre à une présentation sans faille de ces dossiers… Ce ne fut malheureusement pas le cas.  Certains dossiers étaient aussi légers que l’ordre du jour de séance…

Le conseil a eu une nouvelle fois à discuter les travaux d’extension de l’école maternelle libre d’Evrehailles.  Rappelons en deux mots le contexte.  Depuis de nombreuses années le pouvoir organisateur de l’école libre d’Yvoir (PO) assure l’enseignement maternel du village d’Evrehailles dans un bâtiment communal qui est gratuitement mis à sa disposition par la commune.  L’école maternelle libre et l’école primaire communale du village collaborent de manière efficace et irréprochable.  L’école maternelle est cependant depuis plusieurs années très à l’étroit dans ses vieux murs.  Des travaux d’extension et de rénovation étaient donc nécessaires.  Un montage juridico-financier « sur mesure » a été imaginé pour tenir compte de la spécificité de la situation (une école libre dans un bâtiment communal).  Un bail emphytéotique de longue durée (40 ans) a été accordé par la commune au PO libre; celui-ci est le maître d’ouvrage des travaux, bénéficie d’un subside de la Fédération Wallonie-Bruxelles de 350.000€ et reçoit par ailleurs de la commune d’Yvoir un subside initialement fixé à 146.000€ de telle sorte que la totalité du coût des travaux est supportée par la Fédération et par la commune d’Yvoir.  Depuis le début, nous attirons l’attention du Collège sur le risque financier que pourrait faire courir à la commune la formulation du bail: nous craignons en effet que, en cas de cessation du bail avant son terme, le PO puisse réclamer des indemnités financières importantes à la commune d’Yvoir.  Le Conseil de ce 22 août avait à se prononcer sur une augmentation du subside communal qui doit passer de 146.000€ à plus de 172.000€.  Nous n’avons pu que constater que le nouveau contrat de bail emphytéotique actant ce nouvel élément n’était pas joint au dossier présenté au Conseil et que, de plus, les motivations reprises dans le projet de délibération n’étaient pas conformes à la réalité.  A notre demande, le point a donc été retiré de l’ordre du jour afin d’être présenté dans de meilleures conditions lors d’un prochain Conseil… Nous avons insisté pour que nos motifs d’inquiétude dans ce dossier soient enfin rencontrés.

Nous en avons aussi profité pour souligner que, au vu de l’importance des travaux réalisés sur deniers publics, l’arrangement historique existant à Evrehailles (école libre disposant gratuitement de locaux communaux) ne nous paraissait plus ni très équitable (« un enfant vaut un enfant ») ni financièrement justifiable pour la commune.  La mise à disposition contre un loyer raisonnable constituerait une solution plus correcte.

La saga des logements sociaux aménagés dans l’ancien presbytère de Dorinne a enfin connu un épilogue satisfaisant pour les futurs occupants de ces logements publics à défaut d’être financièrement intéressant pour la commune.  Pour rendre utilisables les deux logements concernés, la commune a en effet été finalement obligée d’acheter au prix fort une bande de terrain de près de 5 ares jouxtant le presbytère.   Dont coût pour la commune: plus de 40.000€.  Notre groupe a malgré tout voté en faveur de cette acquisition de manière à débloquer un dossier qui pourrissait depuis trop longtemps mais nous avons mis en évidence les carences de ce dossier: manque d’accord formalisé dès la conception du projet, trop grande surface du terrain acheté, prix payé supérieur de 15% à la valeur estimée par l’expert…

Le conseil a également discuté en détails une nouvelle convention de location de terrains commmunaux au lieu-dit Fontenelle (Evrehailles) au profit de la carrière SECY d’Yvoir.  Le texte de la convention de la location a été adapté suite aux remarques de conseillers tant de la majorité que de la minorité.  Toute circulation de poids lourds provenant de ou allant vers ces terrains a été interdite dans le village d’Evrehailles, l’utilisation des terrains comme décharge de déchets d’extraction a été strictement limitée aux déchets provenant des carrières d’Yvoir elles-mêmes.  Ces précisions visent bien sûr à améliorer la sécurité et la tranquillité à l’intérieur du village.

Nous avons également fait modifier de façon significative la délibération relative à l’octroi de certains subsides de fonctionnement aux écoles de l’entité.  A défaut de ces modifications, la délibération du conseil eut été contraire au décret du 7 juin 2001 relatif aux avantages sociaux dans le domaine de l’enseignement: la commune aurait en effet pu être tenue, par exemple, de prendre en charge les frais de photocopies de la section primaire du Collège de Godinne…

Le conseil a encore approuvé à l’unanimité le renouvellement de l’adhésion de la commune d’Yvoir au Contrat de Rivière de la haute Meuse et le programme d’action 2017-2019 que cela implique.

Notre groupe s’est également réjoui de la mise en place d’une aire de covoiturage à côté de la gare de Spontin.  Nous avons néanmoins attiré l’attention sur la question de la sécurité d’accès à cette aire pour les véhicules venant de l’autoroute (qui sont amenés à tourner à gauche dans un tournant avec peu de visibilité).  Nous avons aussi demandé que la commune continue à exiger de la Région l’aménagement -voire l’extension- en aire de covoituarge également du parking situé à côté des accès à l’autoroute (propriété de la région).

Notre groupe avait enfin demandé que soit évoqué la question du fonctionnement et surtout des finalités du Conseil communal des enfants à Yvoir.  Les projets réalisés jusqu’ici portent principalement sur l’organisation (réussie d’ailleurs) d’une journée festive pour les écoles de l’entité en fin d’année scolaire (durant les « jours blancs »).  Nous avons suggéré que, à côté de ce type de projet, les animatrices restent aussi à l’écoute de projets peut-être moins faciles à mettre en place mais tout aussi « citoyens »: rencontre et accueil d’enfants handicapés dans les écoles, etc.  Le Collège s’est dit sensible à la question et a promis de veiller à une sensibilisation des acteurs tout en respectant la philosophie de fonctionnement du conseil communal des enfants (formation à démocratie, autonomie, etc.).

2 réflexions au sujet de “L’insoutenable légèreté de l’être… politique”

Laisser un commentaire