Uncategorized

« The times they are a-changin »(*)…

lareleve_web_070217_bandeau

(*) « Les temps changent… »

Il y avait comme du Bob Dylan dans l’air au conseil communal d’Yvoir ce lundi 6 février… L’ordre du jour s’y prêtait

Code de la démocratie locale oblige, l’ordre du jour s’est ouvert par la prestation de serment de Pascal Vancraeynest qui remplace Marielle Dewez dans les rangs de notre groupe politique. 

Le premier « plat consistant » du menu du jour concernait le décompte final des travaux de réhabilitation du corps de logis de la Vieille Ferme de Godinne.  Ce fut l’occasion pour Marie Verbeek, archéologue au Service Public de Wallonie, de présenter les recherches, études et trouvailles réalisées par son service sur cet important chantier au coeur de l’un des plus beaux ensembles patrimoniaux classés de la haute Meuse.  La présentation de ce travail archéologique est disponible au téléchargement ici-même.

Le décompte proprement dit des travaux s’élève à un montant de plus de 1.870.000€ (TVA et honoraires d’architecte inclus) dont une partie importante est subsidiée par la Région vu le caractère classé du bâtiment.  Rappelons que le corps de logis réhabilité et ré-aménagé héberge maintenant les bibliothèque, ludothèque et espace public numérique de la commune.  Le nouvel ensemble sera officiellement inauguré ce vendredi 10 février 2017 à 15H30, en présence du Ministre du Patrimoine, Maxime Prévot.  C’est donc une nouvelle vie qui s’ouvre pour ce superbe témoin de l’architecture du 17e siècle… Une renaissance qui, selon nous, ne doit pas se limiter au simple « déménagement » de la bibliothèque mais qui doit se traduire par une nouvelle dynamique sur le site de la Vieille Ferme, dynamique impliquant bien sûr la bibliothèque, le musée, les associations, toutes les forces vives de Godinne et d’Yvoir… Nous ne manquerons pas de revenir sur le sujet au cours des prochains conseils communaux… «The times they are a-changin »… 

En phase aussi avec le message du grand Bob, le conseil avait ensuite à discuter et à approuver le lancement de la révision du plan communal de mobilité (PCM). Rappelons que le PCM est un document de référence établi au niveau d’une commune qui, pour un horizon d’une dizaine d’années, définit les lignes directrices en matière de mobilité: comment améliorer la mobilité dans la commune, quel mode de déplacement favoriser, comment améliorer la sécurité de tous les types d’usagers, etc.  Ce plan directeur doit servir de fil conducteur et de référence lors de la réalisation de travaux d’infrastructures, dans les projets d’urbanisation mais aussi, dans les contacts avec les services de transport public, dans le cadre des actions de sensibilisation du public, etc.  Le plan actuel de mobilité de la commune a été mis en place il y a plus de 15 ans.  Depuis, des travaux ont été réalisés dans la commune (nouveaux trottoirs, ralentisseurs,…), les transports publics ont modifié leur offre (nouveaux horaires, nouveaux modes de transport,…), de nouveaux quartiers se sont développés, etc.  «The times they are a-changin »…

La commune sera épaulée dans son travail par un bureau d’études spécialisé dont le coût sera couvert à 75% par la Région wallonne.  En préparation de ce travail, les services communaux, la commission consultative pour l’aménagement du territoire et pour la mobilité (CCATM) et la Commission Locale de Développement Rural ont déjà réalisé un pré-diagnostic de l’état de la mobilité à Yvoir et de son futur (projets de nouvelles zones d’urbanisation, d’une zone d’activité économique, etc.).  Les représentants de notre groupe, actifs dans ces divers organes, avaient alors déjà insisté sur la nécessité impérieuse de donner des impulsions nouvelles en matière de mobilité: comment promouvoir les véhicules partagés, comment mieux utiliser les centrales de mobilité existantes sur la commune, comment favoriser -véritablement- l’usage du vélo dans une commune comme Yvoir, etc.  En conseil, nous avons souligné le fait que ces inflexions étaient d’ailleurs en phase avec la volonté de la Région wallonne et qu’il convenait donc au pouvoir politique local d’initier, de développer et d’encourager ces changements de mentalité et de vision.  La majorité nous est malheureusement apparue trop souvent frileuse par rapport à ces enjeux… et pourtant… «The times they are a-changin »…

Après la mobilité, l’énergie… Autre domaine où les choses changent… ou devraient changer… Le point à l’ordre du jour concernait la proposition d’adhésion de la commune d’Yvoir à la Convention des Maires et à l’appel à projet « Pollec 3 ».  L’objectif de cette double démarche est l’élaboration et la mise en œuvre d’un Plan d’Action pour l’Energie durable et le Climat au niveau communal (pour plus d’information à ce sujet).  Nous ne pouvons que nous réjouir de cette démarche … que nous avions d’ailleurs proposée (voir le compte-rendu du conseil de novembre 2016).  Un pas est donc fait dans la bonne direction mais il faudra maintenant que tout cela se traduise rapidement par des actions concrètes en faveur des économies d’énergie et du climat.  «The times they are a-changin »…

Enfin, pour clôturer cette séance, les conseillers avaient à approuver le projet de fusion des Maisons du Tourisme de Namur et de Dinant, projet qui doit ainsi donner naissance à la plus grande structure de la sorte en Wallonie et -nous l’espérons- à l’une des plus actives et des plus dynamiques: notre (magnifique) région le mérite bien!  La délibération du conseil portait à la fois sur l’adhésion de la commune à la nouvelle Maison du Tourisme mais aussi sur l’approbation de ses nouveaux statuts.  Le principe de la fusion et de l’adhésion de la commune d’Yvoir n’a posé en soi aucun problème.  Notre groupe soutient pleinement cette initiative qui doit permettre de mieux soutenir le secteur touristique, un secteur vital pour l’économie de la haute Meuse.   Il n’en va pas de même pour le projet de statuts.  A ce sujet, notre groupe a soulevé plusieurs objections: le projet prévoit en effet que la gestion journalière de la nouvelle structure sera assurée par un bureau de direction de 9 personnes (dont 5 mandats publics, c’est-à-dire politiques) alors que la nouvelle maison du tourisme compte aujourd’hui… 7 employés !  Même si nous savons qu’il n’est nullement question ici de gros sous, nous ne pensons pas qu’une telle structure de gouvernance puisse se justifier sur le plan de l’efficacité.  Nous avons également regretté que ce projet de statuts n’ait pas au préalable été présenté aux conseils d’administration des maisons du tourisme existantes.  A l’issue de cette discussion, et compte tenu d’autres choix discutables dans les nouveaux statuts, le conseil communal d’Yvoir a finalement approuvé à l’unanimité l’adhésion de la commune à la nouvelle maison du tourisme mais a refusé, à l’unanimité également, le projet de statuts.

Le conseil s’est terminé à 22H.

Laisser un commentaire