Uncategorized

Implication citoyenne et transparence: deux piliers de la démocratie !

Pour_une_Wallonie_Plus_Propre_🔊

Le dernier conseil communal d’Yvoir a illustré la difficulté de cultiver les deux notions essentielles à toute démocratie que sont l’implication citoyenne et la transparence. Nous reviendrons en conclusion de cet article sur la question de la transparence.  Quant à la participation des citoyens à la vie démocratique, il est clair, depuis pas mal de séance du conseil déjà, qu’elle ne passe plus par le Conseil communal… Hier soir, sur les bancs du public, on comptait UNE citoyenne !  Nous saluons bien sûr ici sa présence (régulière d’ailleurs) mais il est clair que la participation citoyenne à la vie politique ne passe plus aujourd’hui par le conseil communal…

Cette constatation préliminaire faite, le conseil s’est penché sur plusieurs points de marché publics (marchés d’études en vue du remplacement des chaudières de la maison communale, en vue de l’installation d’un ascenseur au Maka, acquisition d’un véhicule utilitaire pour le service des Travaux, acquisition de 44 poubelles publiques).  Ces points ont généralement été approuvés à l’unanimité sauf le premier point sur lequel notre groupe s’est abstenu.  Nous estimons en effet qu’il eût été préférable de faire au préalable une étude énergétique globale de la maison communale, incluant les questions d’isolation, de régulation, d’utilisation des énergies alternatives plutôt que de se limiter au seul remplacement des chaudières.

L’acquisition de poubelles publiques supplémentaires sera subventionné dans le cadre du plan Be WaPP du Ministre di Antonio.  Notre groupe a voté ce point tout en soulignant la nécessité de bien penser la localisation des nouvelles poubelles, leur intégration dans l’environnement, leur durabilité…  Nous avons aussi rappelé que « plus de poubelles » entraînera aussi et encore plus de travail pour les ouvriers communaux…

Un point important de l’ordre du jour concernait l’arrêt de la procédure d’élaboration du Plan Communal d’Aménagement de la zone de loisirs du Launois, à Yvoir.  Rappelons que le promoteur-propriétaire des terrains du Launois envisageait, dans ce cadre, la réalisation d’un grand village de vacances sur les hauteurs d’Yvoir (voir notamment notre article du 21 octobre 2014 ).  Suite à l’enquête publique et aux réactions de la Commune et de la Région, le promoteur a finalement renoncé à son projet et va introduire, dans le cadre de la nouvelle législation wallonne (« CoDT »), une demande de reconversion de la zone de loisir en zone résidentielle.  En soi, ce n’est pas une piste inintéressante.  Nous avons néanmoins rappelé que cette nouvelle zone d’habitat allait être contigüe à celle du Chenois qui pourra accueillir entre 140 et 180 logements (voir notre article du 25 janvier 2012 à ce sujet).  On peut donc s’attendre, à terme, à la création de 200 à 300 logements à l’entrée d’Yvoir.  Il est donc impératif de très soigneusement préparer l’accompagnement de ces projets (en terme de mobilité, en terme de services -écoles, commerces, santé-…).  Il est d’autant plus regrettable que la commune d’Yvoir n’ait pas introduit sa candidature dans le cadre de l’appel à projet « Quartiers Nouveaux » lancé en 2015 par la Région wallonne.  Ce projet visait précisément à aider les communes à monter des dossiers complexes de création de nouveaux quartiers (voir notre article du 25 novembre 2015).

Le Conseil a ensuite approuvé le rapport annuel de l’opération de développement rural de la commune (Plan Communal de Développement Rural -PCDR).  Si le rapport fournit une relation fidèle de ce qui s’est fait dans ce domaine en 2016, il n’en reste pas moins que nous regrettons le pilotage du PCDR à Yvoir: non-respect des priorités définies et approuvées à l’origine du plan (la plupart des projets transversaux sensés soutenir la réalisation du Plan ne sont toujours pas réalisés -Agence de Développement Local, Portail de la Vie Associative, Schéma de Structure Communal-, projet important mis au frigo, …), tentative d’instrumentaliser le PCDR à d’autres fins que ce pourquoi il était conçu (infrastructures sportives), choix déraisonnable pour certains projets comme la maison de village de Mont, etc.  Nous avons aussi relevé, pour plusieurs projets qui « branchaient » moins la majorité, une frilosité certaine.  Enfin, force est aussi de constater que, en dehors d’un aménagement de carrefour à Dorinne, aucun projet n’a encore été réalisé sur le terrain.

Le conseil a ensuite approuvé une série de subsides tant au bénéfice des associations de la commune (point sur lequel notre groupe s’est abstenu, regrettant toujours un manque d’objectivation des subsides alloués) que du Syndicat d’Initiative d’Yvoir, du Contrat de Rivière haute Meuse et du Centre Culturel de Dinant.

Notre groupe avait enfin introduit quelques points spécifiques.

A notre demande, l’échevin des Sports a brièvement développé la vision du Collège en matière d’infrastructures sportives à Yvoir.  Cette « présentation » nous avait déjà été promise pour l’été 2016.  A vrai dire, nous restons toujours avec beaucoup d’interrogations.  Il n’est cependant (définitivement ?) plus question d’un méga-centre sportif à Evrehailles (sur un terrain pourtant acheté à cet effet).  On mise donc tout sur la création d’un mini-centre sportif sur le site de Godinne mais l’ampleur exacte du projet reste très floue.  Pour le reste, « on n’oublie pas » les infrastructures des villages du « dessus »… Pas franchement très clair même si, globalement, c’est une thèse que notre groupe défend depuis plusieurs années !

Nous avions aussi suggéré de réfléchir ensemble, au sein du Conseil, à la question de « l’offre » de médecins généralistes sur Yvoir.  En effet, Yvoir est déjà répertoriée comme « commune en pénurie » (moins de 1 généraliste pour 1000 habitants).  Or, sur Yvoir, la plupart des généralistes ont plus de 50 ans.  Il est vrai que l’existence d’une maison médicale à Mont constitue une réponse intéressante à cette problématique mais ne faut-il pas aller plus loin ?  La commune ne devrait-elle pas favoriser / faciliter la création d’une deuxième structure du même type sur le secteur Yvoir-Godinne, sur les villages du dessus ?  Un échange intéressant sur lequel nous aurons sans doute l’occasion de revenir.

Enfin, il y a quelques semaines, le Ministre P-Y Dermagne a demandé aux pouvoirs locaux de transmettre à la Région la liste des participations de la commune dans des institutions supra-communales, les noms des représentants délégués par la commune au sein des organes de ces institutions ainsi que le caractère rémunéré ou non du mandat attribué.  Dans un souci de transparence -nous y sommes !- et de bonne gouvernance, nous avions demandé au Collège de remettre aux conseillers communaux une copie de cette liste.  Le Collège a considéré notre démarche comme populiste et a donc refusé d’y donner suite, nous renvoyant ainsi que tous les citoyens vers le site Cumuleo.be…  Nous n’en faisons pas une affaire d’état mais nous ne comprenons pas et nous regrettons profondément cette décision.  Convaincus de la correction de tout le personnel politique yvoirien, notre démarche ne visait qu’à donner une image positive des hommes et des femmes impliqués dans la politique locale.  Peut-être ne faut-il alors pas s’étonner d’un certain désamour entre politiques et citoyens ?  La boucle est (malheureusement) bouclée…

Laisser un commentaire