Uncategorized

Comme un parfum d’élections…

Extension_de_l_école_communale___Atelier4D
Projet d’extension de l’école d’Evrehailles © Atelier 4D

Le conseil de ce 20 août s’est ouvert par une virulente leçon de morale de notre Bourgmestre à l’égard de notre liste.  Sur le plan de la légalité, nous ne pouvons qu’être sur la même longueur d’onde qu’Etienne Defresne.  Non, il n’est pas acceptable qu’un candidat (de la notre liste donc…) offre des boissons (alcoolisées ou non) aux ouvriers du Service des Travaux de la commune.  Cela ne se discute même pas.  Nous avons néanmoins tenu à rappeler le contexte bien particulier de ce dérapage: le bénévolat de notre candidat dans l’une des plus importantes actions caritatives de la commune, l’aide apportée par le service des Travaux dans le cadre de cette action, le fait que cela se soit passé en dehors des heures de travail, la proximité de tout temps de notre candidat avec les hommes du Service des Travaux et la volonté (bien humaine) de remercier une équipe dévouée… Rien de tout cela n’excuse un dérapage grave mais tout cela l’explique et nous conduit à conserver notre pleine et entière confiance à un candidat dont l’humanité et l’honnêteté sont reconnues de toutes et de tous.

Nous avons donc pris acte de cette introduction éthique et légitime mais dont le caractère électoraliste est sans doute plus marqué encore que le verre de remerciement offert par d’aucun…

L’ordre du jour de ce conseil à l’ambiance pré-électorale n’était par ailleurs pas trop chargé.

Le 1er point concernait la réfection d’une portion de la rue Tienne de Mont.  Une fois de plus, nous avons constaté qu’aucun aménagement n’avait été prévu pour les piétons et les vélos alors que cette rue est fort fréquentée par ces catégories d’usager.  Nous nous sommes donc abstenus sur ce point.

Sur le marché public des travaux d’extension de l’école communale d’Evrehailles, notre groupe s’est également abstenu.  Nous avons en effet constaté que la question des économies d’énergie avait été traitée de manière minimaliste (respect des normes légales mais avec installation d’une nouvelle chaudière… au mazout, pas de pompe à chaleur ni de panneaux photo-voltaïques, etc.).  C’est d’autant plus regrettable qu’il y avait ici une opportunité d’améliorer l’efficacité énergétique de l’ensemble de l’école (voir aussi un intéressant article de l’Avenir de ce jour). 

Quelques autres points de marché ont été approuvés à l’unanimité, comme par exemple, le marché conjoint d’emprunts sollicités par la Commune et le CPAS en vue du financement de travaux 2018.  Nous en avons profité pour souligner l’impact des charges d’emprunt sur le budget ordinaire de la commune.  Ainsi, ces seuls nouveaux emprunts représenteront dès 2019 une charge supplémentaire au budget de l’ordre de 90.000€ par an.  On se souviendra que le résultat de l’exercice 2017 ne s’élevait plus qu’à 247.000€.  Lorsqu’on tient compte de ces emprunts et des futurs autres nécessaires à assurer le financement des infrastructures telles que le complexe sportif de Godinne, on comprend mieux la nécessité d’une certaine sobriété dans nos choix d’investissements et, en même temps, la nécessité de privilégier les investissements qui peuvent nous aider à diminuer certaines charges, en particulier les factures énergétiques.

Plusieurs points de l’ordre du jour concernant la gestion du patrimoine communal ont été approuvés à l’unanimité (baux de chasse, vente de bois, location à des pêcheurs de l’ancienne carrière de Durnal, déclassement de matériel de l’atelier…).   Nous aussi approuvé la location du terrain de football de Godinne au club de rugby de Lustin tout en exprimant certaines réserves sur cette opération.  Le loyer de 50€ par mois nous paraît en effet particulièrement faible alors que la location porte tant sur le terrain que sur la buvette et les vestiaires et que la commune s’est engagée à ré-ensemencer le terrain et à le tondre pendant toute la durée de la location.  Jean-Pol Visée s’est aussi interrogé sur l’utilité de cette décision du conseil communal alors que le club de rugby a déjà pris possession depuis plusieurs jours des lieux et y a même installé les « pagelles » (poteaux en forme de H) sur les lignes de but…

En matière de roulage, nous avons approuvé deux règlements complémentaires relatifs à la rue Fochalle à Evrehailles (mise en circulation locale) et au chemin du Bailli à Mont (interdiction de stationner).  Dans ce dernier cas, compte tenu d’une plainte déposée contre la commune par une riveraine, nous aurions préféré attendre l’issue de cette action mais nous avons pris bonne note du fait que le règlement tel que proposé répondait au moins partiellement à l’objet de la plainte.

Suite à une interpellation citoyenne faite lors du conseil communal du 19 décembre 2016, le Collège a proposé au Conseil communal de faire du chemin privé appelé « rue Saint-Alfred » à Yvoir (donnant sur l’allée du Lairbois) une voirie communale sous la forme d’une servitude de passage public.  Rappelons que ce chemin est le seul accès à une série d’habitation construites il y a de nombreuses années dans des conditions urbanistiques troubles.  Si nous comprenons parfaitement les préoccupations des riverains concernés, nous regrettons que l’année et demie qui s’est écoulée depuis l’interpellation citoyenne n’ait pas été mise à profit pour étudier en profondeur le dossier et les conséquences possibles de la décision proposée.  Pour ne citer que quelques exemples: la délibération du Collège ne donnait ni la localisation précise de la servitude de passage public, ni sa largeur; les actes de propriété des riverains n’ont pas été étudiés (alors que ceux-ci mentionnent probablement l’existence d’une servitude de passage privée à leur profit; etc.).  Enfin, il faut être conscient que, derrière cette décision, se profile la question des équipements de ce chemin privé: égouttage, éclairage, revêtement, etc. Ces équipements -inexistants aujourd’hui- devaient être pris en charge par le propriétaire du chemin au moment où il a réalisé ce lotissement douteux.  Demain, ce sera à la commune de prendre en charge ces travaux.  Nous ne pouvons pas accepter une telle privatisation des « bénéfices » (retirés de la vente des terrains) et une telle « mise en communauté » des charges.   Nous avons demandé que le projet fasse l’objet d’une étude plus en profondeur comprenant aussi les conséquences financières probables pour la commune.  Le Collège n’ayant pas souhaité répondre favorablement à cette suggestion, nous nous sommes abstenus.

Enfin, le conseil s’est clôturé par les trois points introduits par notre groupe.

  • Sur notre proposition, tous les mandataires communaux se sont engagés -s’ils sont réélus en octobre 2018- à moderniser considérablement la gestion du conseil communal et la communication entre la Commune et les habitants.  Nous pensons notamment à la création d’une plate-forme électronique de partage des documents communaux (bien sûr dans la mesure de ce qui est légalement possible).
  • En octobre 2017, nous nous étions opposés aux modifications apportées aux taxes de séjour appliquées aux utilisateurs des hébergements touristiques de la localité.  Nous avions notamment regretté l’augmentation déraisonnable du système des forfaits proposés aux gestionnaires d’hébergement (multipliés par 2 à 4 entre 2017 et 2018).  Par une communication totalement insuffisante et à contretemps (la décision n’avait été communiquée qu’en avril 2018), le Collège était encore parvenu à exacerber le sentiment d’injustice ressenti par les opérateurs touristiques.  Il en est finalement résulté une pétition signée par la quasi-totalité des gestionnaires d’hébergement mais aussi par nombre de commerçants d’Yvoir.  Comme cette pétition n’avait toujours pas reçu de réponse près de deux mois après sa remise au Collège, nous avons interpellé ce dernier.  Interpellation qui ne fut sans doute pas inutile puisque l’échevin en charge nous a assuré qu’une réponse avait enfin été envoyée et que la taxe serait revue pour l’année 2019.
  • Enfin, nous avons abordé la question de la mobilité aux alentours de la Vieille Ferme de Godinne à la fois sous un angle très pratique / court-terme et sous un angle plus structurel ensuite.  Nous avons d’une part proposé l’installation d’un « râtelier » à vélos à côté de la Vieille Ferme.  D’autre part, nous sommes revenus sur la question du « Sens Unique Limité » (permettant la circulation à contre-sens des vélos) entre l’école et la rue Grande (face à la gare).  Ce « SUL » devrait faire l’objet d’une signalisation claire et d’un marquage au sol de confirmation.  Il y a un accord de principe sur ces points, reste maintenant à les mettre en pratique… Dans la foulée nous avons aussi évoqué l’augmentation du charroi « poids lourds » (y compris « carriers ») sur le nouveau pont et sur la rue du Pont.  Nous avons demandé qu’une limitation des tonnages soit mise en place -comme cela avait été prévu- de manière à permettre le passage des autocars et des camions de transport logistique mais interdire le passage des camions XXL… A suivre donc !

Le conseil s’est clôturé vers 21H40.

Laisser un commentaire