Uncategorized

L’image numérique d’Yvoir fait peau neuve…

Le nouveau site internet communal a été présenté au public lors du conseil de ce lundi 18 mars. Il sera mis en ligne dès le 1er avril 2019 (et non, ceci n’est pas un poisson). Cela fait plusieurs années que le groupe La Relève insistait pour que la communication, entre autre numérique, de la commune d’Yvoir soit reprise en main de manière plus moderne et efficace. Un projet qui a finalement été mis en route à la fin de la précédente législature puisque la commune avait engagé un WebMaster pour se charger de la création du nouveau site internet.

Le travail s’est donc poursuivi et a abouti à cette étape importante : un nouveau site qui n’est pas qu’un simple coup de « relooking ». En le modernisant et en le rendant plus instinctif d’utilisation, l’objectif est de déployer ce site comme un moyen de communication et de transmission efficace des informations, documents et liens utiles à la population. Il ne s’agit toutefois pas d’une transition au « tout numérique » : il reste totalement essentiel de multiplier les canaux de communication (bulletin communal, accès à l’administration communale, etc.).

Dans cette même optique d’optimisation des moyens de communication à sa disposition dans le chef du collège communal, on peut citer :

  • l’ouverture du bulletin communal à l’ensemble des groupes politiques de la commune : tous peuvent désormais bénéficier d’un espace d’expression, équivalent qui plus est.
  • vous trouverez également en fin de ce compte-rendu les nouveaux horaires d’accès aux services de l’administration communale, pour une période d’essai, afin d’en faciliter l’accès au plus grand nombre.

Dans la foulée de ce nouveau site communal, un nouveau logo – dont vous trouverez la description complète dans le bulletin communal de ce 08 avril – qui viendra remplacer le blason seigneurial utilisé depuis la fusion des communes.

Plusieurs points à l’O.J. concernait le renouvellement de commissions consultatives : des organes composés majoritairement de citoyens volontaires, essentiels à la vie politique saine de la commune. Appel à candidature avait été lancé par le collège et de très nombreuses réponses ont été récoltées. Un excellent signal démocratique : à la fois concernant l’intérêt des citoyen(ne)s pour leur commune et parce que cela offre un large éventail de compétences au Collège Communal dans son choix de composition.

Les commissions renouvelées sont :

Que l’ensemble des citoyen(ne)s qui ont déposé une ou plusieurs candidatures en soit remerciés, en espérant qu’ils trouveront dans ces commissions un espace d’échange enrichissant pour eux comme pour la collectivité.

Une autre commission d’importance est appelé à se renouveler prochainement : la CLDR.
La Commission Locale de Développement Rural est composée aux 3/4 de non-élus politiques et a pour vocation première de consulter les citoyens sur la mise en place et le suivi d’un Plan Communal de Développement Rural (liste de projets priorisés).

En route depuis fin 2009, la mission principale de cette CLDR sera de suivre la mise en œuvre des projets établis précédemment puisqu’un PCDR a une durée de vie limitée à 10 ans.
Un nouveau PCDR devra donc être lancé (et reprendre toute la démarche de consultation) durant cette législature.

Pour une présentation du « cadre PCDR » …

Si vous êtes intéressé(e) et que vous souhaitez proposer votre candidature afin de vous investir dans cette commission, l’appel complet figurera dans le prochain bulletin communal.

Le conseil communal devait d’ailleurs approuver, le rapport annuel 2018 du PCDR, présenté en séance par Raphaël Frederick, conseiller communal la Relève et président de la CLDR.
L’occasion de revenir sur les projets déjà réalisés, en cours, en attente ou abandonnés (faute de temps et de moyens) dans le cadre de ce PCDR.

Ce rapport, approuvé à l’unanimité, a donné lieu à quelques échanges majorité-minorité, principalement à propos du projet « Maison Rurale de Mont » qui a connu récemment un important changement de cap. En effet, après de nombreuses heures de travail concerté avec le bureau d’étude en charge du dossier, il s’est avéré que lecoût total du projet, calculé au plus serré, dépassait de 500 000 € le budget approuvé par le ministre de tutelle et ce, même avant d’avoir posé la première brique .Une situation que les finances communales ne peuvent se permettre « d’encaisser ».

Décision a donc été prise par le collège communal d’abandonner le projet tel qu’envisagé par le bureau d’étude et d’assumer les coûts déjà engagés (un peu plus de 100 000 €).
Un choix considéré comme « le moindre mal », d’autant qu’une bonne partie du travail et de l’expérience acquise durant cette première étude devrait permettre de réaliser le nouveau projet plus efficacement, sans menacer la santé financière de la commune cette fois.

L’autre sujet d’importance de ce conseil communal était le lancement d’ un autre projet PCDR, celui des portes de village. Il s’agit de l’aménagement des entrées de nos villages et de la mise en place de dispositifs ralentisseurs afin de renforcer la sécurité en leur sein (voir le plan d’implantation des portes).

Ce sera le seul point à l’ordre du jour de ce conseil qui n’ait pas été approuvé à l’unanimité. La minorité a reproché un manque de consultation, de modifications jugées profondes avec l’avant-projet et des détails oubliés. Un avant-projet principalement respecté dans sa version définitive, une volonté d’avancer sur ce projet attendu et des détails qui figuraient déjà dans le projet tel qu’approuvé par l’ancienne majorité dont faisait partie l’actuelle minorité… Si vous nous suivez … Cependant, le planning serré du début de législature n’a effectivement pas permis de mener la consultation des citoyen(ne)s dans les meilleures conditions, ce qui reste bien un objectif majeur pour la nouvelle majorité.

Par ailleurs, le conseil communal a approuvé la mise en œuvre d’une partie de la ZACC de la Haie Collaux à Spontin. Concrètement, une ZACC, Zone d’Aménagement Communale Concertée, est une zone qui n’a pas encore fait l’objet d’une affectation définitive au Plan de Secteur et dont l’usage agricole (dans le cas d’espèce) pourrait être transformé en zone bâtissable (par exemple).

Dans le cas présent, il s’agit de lotir la zone et d’agrandir donc le quartier résidentiel de la Haie Collaux. Un projet qui n’en est qu’à l’étape « 0 » et qui sera suivi de près, projet qui devra nécessairement intégrer une solution « mobilité » satisfaisante s’il veut espérer voir effectivement le jour. Les riverains connaissent en effet bien les diifcultés de circulation dans le quartier du Ry d’Aout et de la haie-Collaux.

L’expansion que vivent certains villages de la commune créent déjà aujourd’hui le besoin d’une vision politique à long terme. Où veut-on aller ? Comment assurer les services communaux essentiels efficacement dans l’avenir (mobilité, enseignement, etc.) ? Autant de réflexions en cours au sein de la majorité et, sans doute, de tout le conseil communal.

Le conseil communal aura également poursuivi son travail d’organisation et de gestion courante. On peut citer quelques décisions prises en ce sens ce 18 mars :

  • L’octroi d’aide aux écoles communales : une Intervention dans les projets pédagogiques mis en place à raison de 12,00 € par enfant (primaire et maternel) ainsi que dans les frais de location de salle pour l’organisation d’activités au profit de l’école ;
  • L’octroi du subside annuel ordinaire au Syndicat d’Initiative d’Yvoir ;
  • L’approbation d’un cahier de charges original permettant de régler de façon équitable la location de terrains communaux agricoles sous la forme du « Bail à Ferme ».
  • Le renouvellement du bail emphytéotique qui lie la commune au club de tir à l’arc de la Flèche Brisée de Godinne, ceci pour une durée de 30 ans à condition que les activités sportives et d’Horeca s’y maintiennent.

Enfin, plusieurs points d’information (ainsi que trois questions de la minorité au Collège Communal) ont clôturé le conseil communal : populations scolaires, élagage d’arbres dangereux en urgence, … mais aussi le nouvel horaire d’ouverture au public du service populationétat civil.

Celui-ci sera accessible :

Du lundi au vendredi de 08h00 à 12h00 ;
Tous les mercredi de 13h00 à 16h00 ;
Tous les jeudis de 16h00 à 19h00 ;
Le 1er et le 3e samedi de chaque mois de 10h00 à 12h00.

Ce nouvel horaire sera mis en place du 1er mai au 31 octobre 2019, pour une période de 6 mois d’essai. Horaire jusqu’au 1er mai – pas d’ouverture le jeudi fin de journée, ouvert tous les samedis matin.

Le prochain conseil communal se déroulera le 29 avril à 20h00, dans la salle du Maka (accès par la cours du CPAS).

Alexandre Visée – Conseiller Communal

Laisser un commentaire