Uncategorized

Face à une (mauvaise) décision commune de leurs Collèges, une commune réaction de l’opposition à Anhée et Yvoir

Houx - Vignes du Clos des Mannoyes
Houx – Vignes du Clos des Mannoyes

Nous nous réjouissons généralement de toutes les démarches qui visent à la collaboration de communes voisines.  Anhée et Yvoir viennent malheureusement de démontrer que de telles collaborations ne sont pas toujours constructives.  C’est ce qu’illustre la décision récente des deux Collèges de ne plus participer, via le GAL de la Haute-Meuse,  au prochain programme de subsides européens Leader.  Face à cette attitude négative, les deux listes d’opposition de Anhée et de Yvoir ont décidé de publier ensemble un communiqué de presse explicitant leur position dans cette matière.  Le texte de ce communiqué est repris in extenso ci-dessous.

affiche GAL vignes hirondelles

« Les conseils communaux d’Anhée et de Yvoir viennent de décider -majorité contre opposition- de se désolidariser des communes de Dinant, Hastière et Onhaye et de ne plus soutenir la candidature du Groupe d’Action Locale (GAL) de la Haute-Meuse visant à être retenu comme opérateur dans le cadre du programme européen « Leader » pour les années 2015-2020.

Au sein de leur conseil communal respectif, les représentants des listes « Autrement » à Anhée et « La Relève » à Yvoir se sont fermement opposés à cette décision que rien de rationnel ne peut justifier.  Nous tenons, au lendemain de ce qui restera une faute politique majeure de nos deux communes, à préciser clairement les raisons pour lesquelles nous avons défendu la poursuite de la participation de nos communes au GAL.

D’une manière générale, il s’agit d’une décision à contre-courant de la volonté politique régionale qui    vise à assurer le développement de programmes stratégiques transversaux. Dans le contexte budgétaire actuel, et pour renforcer l’action des pouvoirs locaux sur toute une série de thématique transversal, le Gouvernement wallon insiste pour que des stratégies  transversales soient mises en œuvre que cela soit sur le plan des thématiques et/ou sur le plan territorial. C’est la notion de bassin de vie et de territoires centraux déjà repris dans le SDER. C’est un des objectifs poursuivis par les contrats de rivière et par programmes Leader +.

Il s’agit simplement de mettre en œuvre le principe de subsidiarité en vertu duquel ce que les communes font bien seules se font à leur échelon. Mais il existe une série de thématique où une réflexion transversale au niveau d’un bassin de vie  est nécessaire (mobilité, environnement, logement, tourisme, économie…) Le Gal est une opportunité et un outil  pour rencontrer ces défis.
Ensuite, il convient tout d’abord de rappeler que l’enjeu se traduit par un montant de subsides (européens et régionaux) de 1.800.000€, répartis sur les années 2015-2020, au bénéfice des 5 communes de la Haute-Meuse.  Rappelons aussi que la contrepartie financière demandée à ces mêmes communes s’élève à 7.500€ par an pendant 6 ans.

Les Collèges communaux d’Anhée et Yvoir invoquent le « bilan mitigé » de la précédente programmation 2008-2013, le manque d’actions concrètes du nouveau programme ainsi que le double emploi que constituerait le GAL par rapport au PCDR, PCDN et autres ADL.

Nos deux groupes d’opposition ont clairement démonté en conseil ces arguments.  

Au cours des 5 dernières années, le GAL de la Haute-Meuse, en synergie avec la Maison du Tourisme de Dinant, a joué un rôle majeur dans le soutien au développement touristique de notre région.  On peut citer à cet égard: la mise sur pied d’un Festival des Jeux de Rôle, la réalisation du portail mobile « Visit Dinant » (adapté aux tablettes et smartphones), la conception d’un itinéraire de promenades transcommunales sur la thématique de l’eau et de la pierre, le lancement et la promotion du « Sax Pass » (passeport touristique pour la Haute-Meuse donnant droit notamment à des réductions dans l’Horeca et les attractions touristiques).  

Le GAL a également été très actif en matière d’environnement et d’agriculture.  Plus de 15 milieux humides ont été créés ou restaurés un peu partout dans nos 5 communes.  Des panneaux didactiques soutiennent la démarche, tout comme la conception de supports pédagogiques et des animations en milieu scolaire.  Cette approche a également été suivie dans le cadre des actions « hirondelles » (exposition, animations scolaires, spectacles, pose de « porte-nid », etc.).  Le GAL fut également l’un des moteurs de la mise en valeur de la culture de la vigne en vallée mosane?  En collaboration avec la Maison du Patrimoine Médiéval Mosan, la province de Namur et d’autres opérateurs locaux, un public nombreux a pu visiter une exposition itinérante, participer à des ateliers et à des conférences, assister à des spectacles autour de cette thématique sympathique.  Dans ce domaine toujours, le GAL a soutenu et accompagné la création de 7 potagers partagés.  Ce projet va encore s’enrichir par la réalisation de 21 panneaux didactiques mettant en valeur les réalisations.

Enfin, le GAL a conçu et rendu opérationnel un portail web consacré à l’entretien des Voies Vertes dans le but d’améliorer l’entretien de nos sentiers et chemins tout en facilitant le travail des ouvriers communaux.  Au travers de ce projet, le GAL a suscité, là où le concept n’existait pas, la création de « groupes Sentiers » constitué de citoyens s’engageant bénévolement à surveiller l’état de notre petite voirie.  Le GAL a également veillé à ce que ce projet soit pérenne par son transfert à l’asbl Sentiers.be.

Nous avons souligné devant nos conseils respectifs que le GAL avait permis au cours des dernières années la création de 5 à 6 emplois très qualifiés en Haute-Meuse.

Nous avons aussi démontré que le soi-disant double emploi du GAL et des subsides Leader par rapport aux PCDR, PCDN et ADL était un pur mythe.  Au contraire, l’une des caractéristiques essentielles des projets Leader est bien d’être complémentaires par rapport aux autres vecteurs de développement rural.  Là où un PCDR permet le financement d’infrastructures (place de village, maison rurale, …), les projets Leader permettent la réalisation des indispensables mesures d’accompagnement et de sensibilisation (études préalables, information des habitants, mise en valeur du patrimoine ancien, premières animations locales, mise en réseau des acteurs locaux, etc.).  

Le manque d’idées concrètes pour la future programmation est également démentie par les travaux des groupes « citoyens » en septembre et octobre 2014: promotion des circuits courts, mise en place de structures facilitant dans la mobilité dans nos régions, programmes de formation à développer avec les IFAPME, mise en valeur de l’identité régionale de la Haute-Meuse, etc.

Nous avons jusqu’ici parlé du fond mais, selon nous, les deux Collèges d’Anhée et de Yvoir ont également pêché en terme de gouvernance.  Depuis octobre 2013, la question de la reconduction du GAL de la Haute-Meuse a été posée officiellement et à plusieurs reprises lors des réunions du conseil d’administration du GAL et lors de réunions plénières avec les représentants des 5 communes.  A chaque fois, les représentants communaux ont approuvé le projet de reconduction.  Il n’est donc pas normal que, au terme de ce parcours, deux communes -dont l’une n’a quasiment jamais été présente aux réunions en question, ni a aucune réunion du conseil d’Administation- se désolidarisent des décisions prises, sans même prendre la peine de se concerter avec les 3 autres communes de la région.  Ce faisant, Anhée et Yvoir bloquent tout simplement l’accès aux subsides Leader pour les 3 autres communes de la Haute-Meuse.

En résumé, nous contestons de la manière la plus ferme une décision qui -en période de grande rareté des aides-

  • empêche toute une sous-région d’accéder à 1.800.000€ de subsides régionaux et européens compte tenu du fait que la partie à financer (10%) par les communes restante sera trop importante pour leur budget;
  • va réduire les possibilités d’action de la Maison du Tourisme de Dinant et, par ce fait même, le développement touristique de notre région
  • supprime 5 à 6 emplois qualifiés de grande qualité en Haute-Meuse
  • a été prise en déni des règles les plus élémentaires de gouvernance pour ne pas dire de courtoisie vis-à-vis tant du GAL, des autres communes partenaires mais aussi des citoyens qui s’étaient engagés dans les travaux préparatoires à la programmation 2015-2020

Pour toutes informations complémentaires

Juan de Hemptinne – conseiller communal à Anhée – 082 61 50 61

juan.de.hemptinne@skynet.be

Patrick Evrard – conseiller communal à Yvoir – chef de groupe « La Relève »

082612340 evrard@me.com « 

Laisser un commentaire