Mobilité

La sécurité routière à Yvoir

La sécurité routière, en particulier pour les piétons et les cyclistes, tient à coeur des élus de la Relève qui, au cours des dernières mandatures, ont souvent soulevé cette problématique en Conseil Communal.  C’est aussi un sujet que connaissent bien de nouveaux membres de notre liste.  Comme Anne Vandenabeele-Grossmann, habitant sur les Roches et grande utilisatrice du vélo… Depuis bien des années déjà, elle insiste auprès de la Commune d’Yvoir pour que le Charrau d’Evrehailles (le tronçon de la route régionale entre Evrehailles et Yvoir) soit mieux sécurisé.  Suite à l’installation du chantier de l’Arsenal des Pompiers, la situation s’est encore aggravée au cours des dernières semaines.  Anne a évoqué le point dans une lettre publiée par le journal « L’Avenir » il y a quelques semaines.  En voici les passages les plus significatifs:

« Madame, Monsieur,

 Habitant dans le quartier des Roches à Yvoir, je vous signale un grave et dangereux problème de circulation en tous genres sur la chaussée d’Evrehailles à hauteur du nouvel arsenal des pompiers. Rien n’a été aménagé pour les piétons qui sont presque obligés d’escalader les grillages d’un côté de la chaussée ou le talus de l’autre. Les cyclistes ne voient pas grand-chose, et les voitures descendant de la rue des Roches, risquent une collision frontale avec les véhicules montant dans le quartier. A cause du stationnement des camionnettes et véhicules des ouvriers, à l’entrée de la rue, les voitures passent alternativement mais se voient très difficilement à cause du virage en contrebas du quartier

 Le responsable de la signalisation n’a cependant pas la tâche facile !

En temps normal, c’est-à-dire sans les travaux actuels, rien n’avait été aménagé pour les piétons le long de la chaussée, alors que tous les habitants du quartier des Roches et des abords de la chaussée d’Evrehailles ont signé une pétition que j’ai déjà présentée à Monsieur le Bourgmestre Ovide Monin, pour sécuriser de manière urgente cet endroit dangereux. 

 Cela fait déjà 4 ans … Rien n’a été aménagé si ce n’est un passage de 50m en ballasse  qui se veut être un trottoir mais que les ouvriers du chantier de l’arsenal prennent pour un parking… Les piétons et les jeunes cyclistes doivent donc marcher ou rouler, encore et toujours, sur cette Chaussée très étroite, et ceci dans un tournant aveugle. (…)

signé: Anne Vandenabeele-Grossmann »

Cette lettre a suscité quelques jours plus tard dans le même journal,une réponse d’Ovide Monin dont voici le texte intégral:

« J’ai lu avec beaucoup d’attention l’intervention de Madame GROSSMANN au sujet des inconvénients de circulation des piétons suite aux travaux de construction de l’arsenal des pompiers.
A ce sujet il me parait difficile d’éviter certaines difficultés qui d’ailleurs sont maintenant pratiquement réglées.
Ce qui m’incite surtout à réagir, c’est que Madame GROSSMANN prétend que rien (ou presque rien) n’a été entrepris pour améliorer la sécurité des piétons rue d’Evrehailles.
Membre de la Commission Locale de Développement Rural, Madame GROSSMANN sait que le cheminement piétons dans la rue d’Evrehailles fait partie des projets retenus par la Commission dont elle fait partie et qui par ailleurs ont été approuvés par le Conseil Communal et le Gouvernement Wallon.
Madame GROSSMANN sait aussi que d’importants travaux d’égouttage vont devoir être réalisés dans la même rue et qu’il serait pour le moins inconscient d’entreprendre actuellement des améliorations de sécurisation qui seraient inévitablement démolies lors des travaux d’égouttage. Précisons également que la rue d’Evrehailles est une voie régionale et que la sécurisation dépend aussi des services de la Région Wallonne.
Tout cela, Madame GROSSMANN a dû en entendre débattre lors des nombreuses réunions de la CLDR mais « il n’est pire sourd que ceux (ou celle) qui ne veulent rien entendre ». A moins que son intervention ne soit justifiée que par sa candidature aux prochaines élections communales, ce que je pense …

signé: Ovide Monin »

Soulignons tout de même que Anne  intervient sur cette question depuis 4 ans et que des mesures légères auraient pu être prises depuis longtemps.  Plus spécifiquement encore, le chantier du nouvel Arsenal aurait dû s’accompagner de mesures temporaires spécifiques aidant à rendre ce tronçon un peu moins dangereux pour les usagers les plus faibles.   Il est dommage que chaque intervention un peu critique ou suggérant une approche différente des problèmes soit perçue comme une volonté de polémique.

Laisser un commentaire